LE CAFE DE LA PLAGE FERME


Un lieu important de la vie Maurepasienne destiné aux jeunes depuis 1984 arrête ses activités sous couvert de mutualisation avec d’autres lieux.

La culture est de nouveau mise à mal par la municipalité.

G. Garestier a-t-il finalement comme seul programme politique la destruction de tous les lieux et symboles touchant à la culture et au vivre-ensemble?


Après s’être désintéressé de la politique pour les jeunes, G. Garestier - voyant le résultat catastrophique - choisit la facilité : on ferme.

Son mandat devient un rituel : quand une difficulté apparaît, une seule idée lui vient à l'esprit : il ferme. La piscine, le Mulot etc.. etc...


Il est nécessaire que le Café de la Plage retrouve sa fraîcheur et sa fréquentation d’origine.
Des artistes comme M (Mathieu Chedid) ou Zaz ont fait leurs débuts dans cette salle honorée par Djamel Debbouze.

Ils font partie intégrante de l'Histoire de Maurepas.


Après 3 ans d’essai, le constat est là : M. Garestier a gâché le dynamisme de Maurepas.

Il a politisé tous les dossiers au profit d’une propagande dépensière et exclusive et au détriment des familles.

 

café de la plage manif